Visite de la Favela de Rocinha

Excitant – Généreux – Authentique

Construites sur les hauteurs de la ville, les favelas, miroirs des fractures sociales font partie intégrante des mégalopoles brésiliennes. Habitations de fortune, ruelles étroites, souvent emblématique de la pauvreté. Néanmoins, pour se défaire des représentations, il est important de rappeler que 1/3 de la population de l’État de Rio vit dans des favelas. Ce sont des gens ordinaires. Beaucoup d’entre eux travaillent comme femme de ménage, chauffeur de bus, de taxi etc. Découvrir la culture des favelas contribue donc à briser les stéréotypes et amalgames ancrés.

C’est pourquoi, visiter une favela était l’un de mes objectifs en venant au Brésil. Ce genre de visite fait débat, et de nombreuses personnes sont totalement contre, l’assimilant à du voyeurisme. En effet, tous les tours ne sont pas gage d’une éthique convenable. J’ai eu la chance de faire une visite la plus authentique qui soit de Rocinha grâce à Lætitia et Leandro : une des expériences les plus puissantes de mon voyage. Pour plus d’informations cliquez ici.

Rocinha : une ville dans la ville

Berceau d’une culture populaire particulièrement vivante, la favela de Rocinha est une ville dans une ville. Installée sur une colline, elle est la plus grande favela de Rio, du Brésil et même d’Amérique du Sud. Elle a sa propre culture, ses propres règles, installations, musiques, danses, et manière de vivre. Ainsi, on retrouve de multiples commerces, restaurants, bars (avec les meilleures soirées funk) mais aussi une bibliothèque, des infrastructures sportives, un service de transports (bus) et un hôpital au sein de la favela. Aussi étrange que cela puisse paraître, on peut s’y rendre en toute sécurité à condition d’être bien accompagné. Cependant, il n’est pas possible de se rendre dans toutes les favelas, car certaines ne sont pas pacifiées. Il faut donc bien se renseigner avant d’entreprendre une telle visite.

Ma visite de Rocinha : une expérience unique

Lundi 6 janvier 2020, au pied de la favela en face de l’arrêt de métro, nous sommes un petit groupe à attendre notre guide. Leandro est né à Rocinha, y a grandi et y vit toujours avec sa famille. Dès le départ, il nous met en confiance et nous emmène au sommet de la favela à l’aide de motos taxis. Arpenter les rues tout en écoutant le récit instructif de Leandro, était un véritable bonheur. Sans aucun tabou, il participe à faire connaître l’histoire, les coutumes et le mode de vie spécifique ainsi que son amour pour Rocinha. De plus, lors de cette visite, il propose de nombreux points de vue où l’on peut admirer divers panoramas.

Il partage son expérience, les enjeux, les difficultés et singularités, car vivre dans une favela n’est pas simple. Les aides de l’État sont tellement insignifiantes que les habitants doivent faire preuve d’ingéniosité pour vivre. Ainsi, l’une des particularités à Rocinha, est qu’il existe une seule et même adresse pour tous les habitants, celle de la rue principale appelée « Estrada da Gávea ». Le courrier est donc déposé dans des boîtes où les habitants viennent le récupérer directement et pour ceux dans l’incapacité, une distribution est organisée par des associations de la favela telles que ‘Correio Amigo’, ‘Lixeiro Amigo’ ou par l’UPA da Rocinha comme ‘Agente de Saúde’. Une difficulté due à la promiscuité et à l’impossibilité de recenser exactement la population.

L’ex-président du Brésil Lula a élaboré des projets ayant pour ambition d’améliorer les conditions de vie des favelas en construisant des hôpitaux, immeubles, complexes sportifs… Concernant l’accès à l’éducation, des écoles sont présentes mais le niveau reste insuffisant. C’est pourquoi les parents qui ont assez de revenu, envoient leurs enfants dans des écoles en dehors.

L’art, comme mode d’expression libre et engagé, est également présent et se découvre notamment sur les surfaces de la favela. Des artistes tels que Marcos Rodrigo, plus connu sous le nom de « Wark da Rocinha », ou bien, Eduardo Kobra investissent l’espace urbain de graffitis.

À Rocinha : il se déroule donc une vie comme pour vous et moi, pour la plupart des habitants. Mais la vitrine reste à nuancer car l’insécurité existe et persiste. La criminalité et le trafic de drogue sont bel et bien présents, et touchent même les plus jeunes. En effet, ces business rapportent de l’argent chaque semaine, toutefois, les individus ont la possibilité de choisir ou non cette voie. Un souvenir marquant, le passage devant l’ami de Leandro, entouré lui-même de trois hommes dont un armé d’un fusil. Témoin, cette situation fut possible grâce à notre guide, car un des hommes était son ami et ancien camarade de classe. Ainsi, cette expérience ne peut être encadrée que par un natif et non par un guide touristique pour qui ce serait bien trop dangereux.

Chaque favela à sa propre justice, avec des ‘ Gerente da Boca’ c’est-à-dire des managers dans différents domaines de la favela, responsable de l’administration de leur domaine (argent, drogue, sécurité, conflits…). Les ‘Gerente do Morro’ gèrent quant à eux les managers, ce sont les bras droit du Boss. Ce dernier est sollicité seulement dans des situations importantes ou extrêmes. Il n’existe par conséquent, pas de justice nationale, mais plutôt une justice sectorielle. De ce fait, lorsque l’on vit dans une favela, on ne peut pas se rendre dans une autre, c’est la règle due aux rivalités.

Malgré tout, ce que je retiens de cette visite est l’incroyable gentillesse et l’immense solidarité dont font preuve les habitants entre eux. Une joie de vivre malgré l’insécurité, les difficultés politiques et économiques du pays. Je fus également surprise lors de mon passage dans les ruelles étroites de constater que l’on ne dérangeait pas du tout les familles et personnes. Au contraire, ils étaient très amicaux. Notre visite s’est terminée par la rencontre avec le groupe associatif de Capoeira de Rocinha : Acorda Capoeira avec une initiation à la samba et capoeira.

Je tiens à remercier spécialement notre guide Leandro, un homme formidable qui contribue à faire connaître et socialiser la favela de Rocinha en réalisant un tour 100% authentique. Mais surtout, je tiens à remercier Laetita qui lui a soufflé cette admirable idée !

Infos supplémentaires

Le tour se fait dans un premier temps à moto puis à pied. Tout le long, nous sommes accompagnés de Leandro qui parle couramment anglais. Il est possible de filmer, prendre des photos, et l’on peut s’habiller comme bon nous semble. Prix : 35 euros/ pers pour une durée de 3 heures.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :